Chail

Télécharger la fiche au format pdf

Département : Deux-Sèvres
Pays Mellois
EPCI : CC du Mellois 
Population : 528 habitants pour  13 km² soit   42 habitants par km² (moyenne régionale : 69 hab/km²)
Altitude minimale : 128 m
Altitude maximale : 174 m 

Sources : INSEE recensement général de la population 2012, IGN© BD Carto® 2002,IGN© BD Alti®250 2008

Préambule

“ Mieux protéger nécessite de mieux connaître et de faire partager ”

C'est dans cet esprit que cet outil de description du patrimoine naturel communal a été créé. Il n'a pas de caractère exhaustif, mais ambitionne simplement de porter à  connaissance les données disponibles à l'échelle régionale sur votre commune.

Les informations proposées dans ces fiches d’informations communales de la biodiversité sont issues des données mises à disposition dans le cadre du Réseau Partenarial des Acteurs du Patrimoine Naturel en Poitou-Charentes (RPAPN) animé par l’Observatoire Régional de l’Environnement (ORE). Ce réseau rassemble les partenaires régionaux oeuvrant à la valorisation collective des connaissances sur la biodiversité. Au 30 mai 2016, il comprend 48 signataires.

AVERTISSEMENT : Pour qualifier la biodiversité d’un territoire, le nombre d’espèces dans un espace donné est souvent utilisé. Cet indicateur permet de fournir une information rapide mais il n’est en aucun cas suffisant. Il est nécessaire de prendre en compte l’ensemble des composantes de la biodiversité, variabilité induite par les conditions écologiques locales et par la pression d’observation (nombre, fréquence et qualité).

Votre secteur géographique

Certaines espèces sensibles sont présentes dans la région Poitou-Charentes. Afin de protéger les espèces sensibles au dérangement ou fragiles, ces dernières ne figurent pas dans la liste des espèces à la commune. Seules des données à la maille sont dans ce cas disponibles. Ces données vous sont donc notifiées par secteur géographique.
 

Le "secteur géographique" défini pour Chail

 
Les données issues des inventaires naturalistes, qui concernent la faune, la flore et les habitats naturels, peuvent être transmises selon diverses échelles de maille d'inventaire.
L'appellation "secteur géographique", utilisé dans le présent document, comprend l'ensemble des mailles naturalistes concernées par votre territoire communal.
 
Remarque importante pour la lecture des informations restituées à la maille : une même maille peut couvrir un secteur plus large que la commune et donc chevaucher d'autres communes ; par conséquent, une espèce peut être présente sur une maille sans pour autant être présente sur la commune.
 
Pour les communes limitrophes au Poitou-Charentes, les informations ne concernent que le territoire Picto-Charentais.
 
 

Votre commune est concernée par les mailles d’inventaire suivantes :

Echelle de la maille d'inventaireCode de la maille concernée
Maille 5(N/S)/5(E/O)
dont les contours sont représentés dans la figure ci-dessous en vert
E0460N6565
E0460N6570
Maille 10(N/S)/7(E/O)
dont les contours sont représentés dans la figure ci-dessous en rouge
1629E-NW (Saint-Léger-de-la-Martinière)
1629E-NE (Saint-Vincent-la-Chatre)
Maille 10(N/S)/10(E/O)
dont les contours sont représentés dans la figure ci-dessous en noir
E046N656
E046N657

Diversité paysagère et occupation du sol

Le paysage désigne une partie de territoire, telle que perçue par les populations, dont le caractère résulte de l’action de plusieurs facteurs naturels et/ou humains et de leurs interrelations (Convention Européenne du Paysage dite de Florence, 20 octobre 2000).

L'approche paysagère permet de révéler un territoire dans toutes ses composantes, dont la biodiversité. Cette approche est à la fois un outil de connaissances et de médiation : elle permet de mieux comprendre la biodiversité.

 

Les paysages de Poitou-Charentes

 

Source : CREN 1999

 

Afin d’appréhender globalement les milieux présents sur votre commune, des informations descriptives des paysages et de l’occupation du sol de votre territoire vous sont fournies.

À Chail, les paysages sont formés par :

  • Les bocages

La commune de Chail s’inscrit ainsi dans 1 entité(s) paysagère(s) :

  • Les Terres Rouges, secteur Bocager

Source : CREN 1999

Eléments d’analyse sur l’occupation du sol

Les paysages sont aujourd'hui fragmentés, notamment par les ouvrages hydrauliques ou les infrastructures de transport. Ces dernières rendent généralement plus difficiles le déplacement des espèces animales et végétales à travers les différents espaces naturels. Pourtant, certains axes peuvent parfois constituer des voies de dissémination privilégiées pour quelques espèces, et leurs accotements ou berges peuvent dans certains cas constituer des zones refuges pour la biodiversité.

L’occupation du sol de la commune présente les éléments suivants :

Utilisez l'icône pour afficher/masquer les couches de données

Les cultures réalisées sur la commune sont :

Utilisez l'icône pour afficher/masquer les couches de données

La répartition des différents usages du sol de votre commune se fait dans les proportions suivantes :

Typologie spatiale
 Territoires agricoles 84 %
 Forêts et milieux semi-naturels 13 %
 Territoires artificialisés 3 %

Source :IFEN Corine Land Cover 2006        

Les différents types de sols (3) de votre commune sont les suivants :

Classe Type de sol Répartition
Plateaux des terres rouges Terres rouges profondes 39%
Terres rouges moyennement profondes 9%
Terres rouges peu profondes 48%
Plaines calcaires Groie moyenne de la Saintonge boisée 4%

Sources : (3) Chambre d'agriculture de Poitou-Charentes, Programme IGCS (Inventaire, Gestion, Conservation des Sols), 2007

Eléments constitutifs du Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE)

Le SRCE est un document cadre co-élaboré par la Région et les services de l’Etat, déclinant la Trame Verte et Bleue à l’échelle régionale. Ce document vise à maintenir et restaurer les continuités écologiques à l’échelle d’une région. Son contenu réglementaire est fixé par l’article L.371-3 du Code de l’Environnement. Il doit identifier :

  • les composantes de la Trame Verte et Bleue régionale (réservoirs de biodiversité, corridors écologiques, obstacles au fonctionnement écologique du territoire), sous la forme d’un atlas cartographique au 1/100 000ème,
  • les enjeux régionaux relatifs à la préservation et à la remise en bon état des continuités écologiques régionales.

 

Pour répondre à ces enjeux, un plan d’action stratégique et des outils adaptés sont proposés afin de concourir à une meilleure prise en compte des continuités écologiques, dans le but de les préserver, voire de les restaurer.

 

Le SRCE de la région Poitou-Charentes a été adopté par arrêté préfectoral le 3 novembre 2015. Les composantes de la biodiversité y sont représentées au sein de l'atlas cartographique de la manière suivante :

  • Réservoirs de biodiversité : grands ensembles dont les limites devront faire l'objet d'une redéfinition lors de la déclinaison locale. Faute d’éléments de diagnostics disponibles à une échelle régionale, les réservoirs de biodiversité sont tous considérés comme « à préserver » dans leur représentation à l’échelle 1/100 000ème. Toutefois, une expertise locale pourrait permettre de préciser si certains réservoirs de biodiversité doivent, au-delà de leur conservation, faire l’objet d’une remise en état.
  • Corridors écologiques :

- corridors diffus : ensembles délimités selon des occupations des sols favorables aux déplacements et à la survie des espèces des bocages, forêts et landes, et des milieux humides. Ces espaces sont à délimiter lors de la déclinaison locale ;

- corridors en pas japonnais : petits ensembles délimités suite à des inventaires exhaustifs ;

- corridors linéaires : axes favorables aux déplacements et à la survie des espèces basés sur les éléments structurants du paysage, à déterminer à l’échelle locale en adaptant le degré de précision aux projets envisagés par la collectivité.

  •  Éléments fragmentants :

- zones urbanisées : secteurs bâtis d'une surface significative au 100 000ème, à délimiter lors de la déclinaison locale notamment dans le cas de communes rurales ayant un bâti dispersé ;

- infrastructures linéaires de transports : linéaires des principales infrastructures de transport régionales (autoroutes, routes, lignes ferroviaires…), à compléter lors de la déclinaison locale ;

- obstacles à l'écoulement sur les cours d’eau : éléments ponctuels issus du Référentiel Obstacles à l'Ecoulement (ROE) de l'ONEMA, à étudier à l’échelle locale afin de qualifier la nature de chaque obstacle

- secteurs à enjeux et points de conflits potentiel : à étudier à l’échelle locale pour confirmer ou infirmer les enjeux/conflits.

 

Précautions et limites :

Les composantes de la Trame Verte et Bleue ne peuvent pas être utilisées telles quelles pour les travaux des documents d’urbanisme. La déclinaison locale du SRCE sur votre commune devra nécessairement s'appuyer sur des analyses réalisées à l'échelle de votre territoire. Elles pourront être complétées d’inventaires d’espèces ou d’habitats, en associant les acteurs du territoire à la définition précise des continuités écologiques locales, ainsi que de leurs fonctionnalités (au regard des éléments fragmentants potentiels).

Sur la cartographie interactive ci-dessous, l’affichage des données a été bloqué au seuil du 1/100 000ème, échelle d’élaboration et de validité du SRCE

 

Les composantes de la trame verte et bleue régionale identifiées par le SRCE sont les suivantes :

Utilisez l'icône pour afficher/masquer les couches de données

 

Milieux naturels : les éléments constitutifs de la trame verte et bleue sur la commune

La présence de milieux naturels et semi-naturels riches et diversifiés permet d’offrir des conditions favorables à l’accueil de nombreuses espèces pour l'accomplissement de leur cycle vital (reproduction, alimentation, déplacement, refuge). Forêts, landes, prairies et pelouses, cours d’eau et zones humides, dunes et plages… constituent ainsi des cœurs de biodiversité et/ou de véritables corridors biologiques. Ces milieux de vie sont le support de la Trame verte et de la Trame bleue.

Pour vous aider à saisir la complexité de l'environnement communal et à acquérir de nouvelles connaissances, vous trouverez ici des informations sur les principaux milieux présents en Poitou-Charentes et une cartographie des habitats naturels identifiés sur votre territoire.

 

Eléments constitutifs de la future trame verte

Les milieux naturels et semi-naturels de la commune sont :

Source : IFEN - BD CORINELandCover® 2006, BD Carthage 2008

 

Parmi ces milieux, certains présentent des caractéristiques propres à notre région :

 

 

Les forêts 

R. Seigne, 2003

Couvrant environ 15 % du territoire régional (contre 29,2 % au niveau national), la forêt de Poitou-Charentes se caractérise par :

  • une large présence des feuillus (86 %), essentiellement les chênes (pédonculé, sessile, pubescent et vert) et le châtaignier. Les forêts de résineux, introduits depuis parfois plusieurs siècles, sont en général implantées sur les sols les plus pauvres (pins maritimes sur le littoral et sur des terrains détritiques du nord-est et sud-ouest de la région). La populiculture est présente depuis plusieurs décennies dans les vallées (Dive, Boutonne,...) ou certains secteurs de marais (Marais poitevin).
  • un caractère « récent » du couvert forestier : pour répondre aux besoins d'une population rurale importante, la forêt picto-charentaise a été intensément défrichée et sur-exploitée jusqu’à la révolution industrielle. Environ la moitié des forêts actuelles de la région n'existait pas il y a 200 ans.
  • 93 % de la forêt régionale est privée avec un morcellement foncier très important, potentiel obstacle à une mise en valeur rationnelle.

Les forêts de Poitou-Charentes contribuent à assurer des fonctions de production (bois d’œuvre mais aussi bois énergie), de protection (espèces, qualité des eaux) et sociales (accueil du public). Les forêts les plus anciennes ou implantées dans des conditions écologiques particulières (pentes, bords de cours d'eau,...) abritent en général la biodiversité la plus forte.

La commune de Chail présente un taux de boisement de 13 %.

Source : IFEN-BD CORINE Land Cover® 2006, toutes couches « Forêt », hors espace vert artificialisé non agricole

Elle se situe au sein de la sylvoécorégion : Terres rouges.

Source : IFN 2009

 

Les haies

A la fois habitats et corridors biologiques, les haies jouent de nombreux rôles dans le fonctionnement écologique, l'aménagement et le développement de nos territoires.

Elles participent à la création de paysages divers et variés, contribuent à une meilleure qualité des eaux, permettent son infiltration et protègent ainsi contre l'érosion des sols, constituent des zones de refuge pour la biodiversité, sont sources de production (bois de chauffage, fruits...), ont un rôle de régulation climatique et de nombreux intérêts agronomiques (brise vent, protection du bétail...).

Avec la modification des pratiques agricoles (intensification et simplification des cultures, utilisation massive d'herbicides, mécanisation) et les remembrements ou restructurations foncières, ce sont plusieurs milliers de kilomètres de haies et d'arbres isolés qui ont disparu progressivement. On estime que ce sont plus de 35 000 km de haies qui ont été supprimées depuis les années 1960, soit 36 % de perte en moyenne sur le Poitou-Charentes (Source : IAAT 2008).

     

    Plantations d’arbres, de haies ou de bosquets dans le cadre de programmes d’actions

    En Poitou-Charentes, des collectivités, associations et Fédérations Départementales de Chasseurs plantent chaque année de nombreux arbres et bosquets et un important linéaire de haies. Ces actions sont réalisées dans le cadre de divers programmes comme la Semaine Régionale de l'Arbre et de la Haie (SRAH) porté par la Région ou le projet de plantations de haies avec les écoles « Coop’Haies » porté par l’Union Régionale Poitou-Charentes de l’Office Central de la Coopération à l’Ecole (OCCE) pour ne citer que quelques exemples.

    Source : Fédération Régionale des Chasseurs Poitou-Charentes,  Fédération Départementale des Chasseurs 86,  Fédération Départementale des Chasseurs 79, OCCE-projet Haie’col, Région Poitou-Charentes

    Votre commune n’est pas concernée par des plantations dans le cadre de ces dispositifs
    N.B. : L’absence d’informations de plantation ne signifie pas qu’aucune action n’a eu lieu sur votre commune, des plantations ont pu être réalisées dans le cadre d'autres programmes de plantations tels que ceux du Pays 'Mellois' ou du département des Deux-Sèvres.

    Plantations de haies réalisées par Prom’Haies

    Depuis plusieurs années, Prom’Haies accompagne des communes sur le territoire du Poitou-Charentes souhaitant planter des haies sur leur espace communal. Prom’Haies apporte son appui et son expertise dans l’élaboration du projet et sa mise en œuvre technique. Ces plantations sont faites en partenariat avec les propriétaires qu'ils soient privés ou publics.

    Linéaires de haies plantées avec Prom’Haies en Poitou-Charentes

    Votre commune n’est pas concernée par le programme de plantation de haies de Prom'Haies.

     
    Source : Prom'Haies, 2013 (en Vienne, Deux-Sèvres et Charente-Maritime) et 2015 (en Charente)

    Les mares

     

     

    Mare, R. Seigne, 2013

    Les mares sont des étendues d'eau de faible surface, pérennes ou non, de profondeur limitée. L'alimentation en eau provient du ruissellement ou de la remontée du plafond de la nappe phréatique, avec parfois un ruisseau temporaire, ou un apport par débordement périodique d'un cours d'eau.

    La plupart des mares de Poitou-Charentes ont été créées par l'homme, notamment pour répondre aux besoins en eau des habitants (mares communautaires), du cheptel ou suite à des activités extractives (argile, marne, pierres meulières). Très riches au niveau botanique, elles jouent un rôle majeur pour les batraciens (tritons, grenouilles), les reptiles (couleuvres) et les libellules.

    La disparition des mares par comblement est rapide dans les zones d'abandon de l'élevage.

    Espaces symboliques du patrimoine rural et du maintien de la biodiversité en zone de plaine et de bocage, elles sont l'objet de plusieurs programmes locaux d'inventaires, de valorisation pédagogique, culturelle ou biologique. On estime aujourd'hui à 30 000 le nombre de mares en Poitou-Charentes.

    Répartition des mares en Poitou-Charentes

     

     84 mares ont été répertoriées dans votre secteur géographique.

    Pour rappel, l'appellation "secteur géographique" utilisé dans le présent document, comprend l'ensemble des mailles naturalistes concernées par votre territoire communal. La présence de mares sur ce secteur géographique n'indique pas forcément que les mares sont présentes sur la commune (cf. section "Votre secteur géographique")

    Source : Mares répertoriées par maille, d’après cartes IGN, dans l’Inventaire des mares de Poitou-Charentes - Poitou-Charentes Nature 2003

     

    Eléments constitutifs de la future trame bleue

    Les cours d’eau, du ruisselet jusqu'au fleuve, forment, avec la diversité des zones humides adjacentes qui en dépendent, un réseau écologique et paysager particulier qui constitue l'élément phare de la trame bleue. La diversité biologique des cours d’eau dépend directement de la quantité et de la qualité physico-chimique de la ressource en eau tout au long de l'année et de l'état des habitats aquatiques : pour de nombreuses espèces aquatiques, notamment les grands poissons migrateurs (saumons, anguilles, truites, aloses, lamproies...), les possibilités de déplacements sont des conditions indispensables à leur survie.

     

    Les cours d’eau de votre commune

    Chail appartient au bassin hydrographique:

    • la Loire
    • La Charente
    Elle est concernée par les sous-bassins suivants :
    • le Clain, affluent de la Vienne, affluent de la Creuse, affluent de la Loire
    • la Boutonne, affluent de la Charente

    Source : BD Carthage 2008

     

    L’état des eaux sur ma commune

     

    La région Poitou-Charentes subit une forte dégradation de ses eaux et des écosystèmes aquatiques qui y sont liés.

    Au déficit récurrent s'ajoute une problématique qualité de l’eau et des milieux aquatiques, avec la pollution des eaux, ainsi qu’une dégradation des conditions morphologiques et de la continuité des cours d'eau, engendrées par diverses activités humaines.

    La Directive Cadre sur l’Eau (D.C.E.) adoptée par l’Europe en 2000 impose l’atteinte d’un bon état des eaux en 2015.

    Afin de respecter ces objectifs, des états des lieux ont été réalisés, des enjeux identifiés, puis des programmes de reconquête ont été élaborés, avec la définition de politiques à conduire et d’actions à mener, pour la période 2010-2015.

    Ces actions sont définies par Unité Hydrographiques de Référence (U.H.R.), c'est-à-dire par territoire ayant une cohérence hydrographique (bassin versant), de l’habitat et des organismes qui y vivent, hydrogéologique et socio-économique.

    Votre commune appartient ainsi à 1 U.H.R(1)

    Pour en savoir plus

    Sources : (1) SANDRE, Agence de l'Eau Loire-Bretagne, 2008

     

    Les mauvaises conditions hydromorphologiques constituent, selon la DCE, un risque de non atteinte du bon état écologique pour plus de 50 % des cours d'eau de la métropole. L'évaluation de l'état écologique des cours d'eau a été réalisée dans le cadre de l'élaboration des Schémas Directeurs d'Aménagement et de Gestion des Eaux (SDAGE), qui ont également fixé des objectifs calendaires pour l'atteinte du bon état écologique.

    Conformément à la DCE et à la loi sur l'eau de décembre 2006, les SDAGE Loire Bretagne et Adour-Garonne ont été adoptés en 2009. Les prochains SDAGE 2016-2021 sont en cours d’écriture. Ils prendront en compte l’évolution de l’état des eaux et les évolutions de contexte (règlementaires, économiques …).

    La commune de Chail est concernée par le SDAGE Adour Garonne s'appliquant pour la période 2010-2015. Les Schémas d’Aménagement et de Gestion des Eaux (SAGE) traduisent les orientations des SDAGE à une échelle plus locale.
    Votre commune est concernée par le SAGE : Boutonne.

    Objectifs fixés pour l'atteinte du bon état écologique des cours d'eau de votre commune

    Sources : Agence de l'eau Adour-Garonne (AEAG) 2014 - Agence de l'eau Loire-Bretagne (AELB) 2014

    Remarque: les objectifs calendaires tiennent compte de l'état initial du cours d'eau et des enjeux de préservation et/ou de restauration écologique.

     

    Les rivières sont également classées en deux catégories en fonction des populations de poissons qu’elles abritent. Les catégories piscicoles des cours d’eau sont les suivantes :

    • 1ère catégorie, eaux dans lesquelles vivent principalement des poissons de type salmonidés (Truite, Saumon, etc.),
    • 2ème catégorie, eaux dans lesquelles vivent principalement des poissons de type cyprinidés (Carpe, Barbeau, Gardon, etc.).

    Catégorie piscicole des cours d’eau de votre commune

    Sources : BD Carthage 2008, Groupement des fédérations de pêche de Poitou-Charentes 2006

    Le réseau hydrographique et son peuplement de poissons sont analysés selon le « contexte piscicole ». Le principe du découpage des cours d’eau en contexte piscicole est le suivant : dans chaque unité, une population de poissons doit pouvoir accomplir l’intégralité de son cycle vital (reproduction, croissance…). On distingue ainsi, en fonction du type de poissons, trois contextes : salmonicole (Truite fario et espèces d’accompagnement), cyprinicole (Cyprinidés d’eaux calmes et leurs prédateurs) et intermédiaire (Ombre commun et cyprinidés d’eaux vives). L’état de dégradation de ces contextes est ensuite évalué.

    Etat des contextes piscicoles en Poitou-Charentes

    Source : Groupement régional des fédérations de pêche de Poitou-Charentes 2009

    Etat des contextes piscicoles sur votre commune

    Source: Groupement régional des fédérations de pêche de Poitou-Charentes 2009

     

    La continuité écologique et sédimentaire des cours d’eau

    La continuité écologique d'un cours d'eau se définit comme la libre circulation des organismes vivants, leur accès aux zones indispensables à leur reproduction, leur croissance, leur alimentation ou leur abri, et le bon déroulement du transport naturel des sédiments ainsi que le bon fonctionnement des réservoirs biologiques.

    Le lit et les berges des cours d’eau constituent de véritables voies de déplacement des espèces sur les territoires. Les cours d’eau assurent ainsi un rôle fondamental de corridors écologiques.

    C'est particulièrement vrai pour les grands migrateurs (saumon, anguille, alose, truite de mer...) dont une partie du cycle biologique s'effectue en mer et l'autre en rivière. Mais c'est aussi le cas pour d'autres espèces : des poissons qui effectuent de petites migrations au sein des rivières (truite fario, brochet...) et certains mammifères (vison d'Europe, loutre...).

    Pour toutes ces espèces, le chevelu dense des têtes de bassin peut constituer des réservoirs biologiques, de par la présence de frayères dans ou au bord du lit mineur. La présence d'obstacles à la continuité dans le lit mineur, peut en revanche constituer une gêne pour l'atteinte des zones de reproduction situées en amont, surtout lorsque les effets des obstacles se cumulent, par exemple avec une succession d'ouvrages.

    Les cours d'eau assurent aussi des fonctions de transports sédimentaires vers l'aval. Le maintien des flux sédimentaires est aussi important pour la diversité des substrats, supports de la vie dans les cours d'eau, l'état des berges, ...

    La nécessité de partage des usages de l'eau en cohérence avec les besoins du maintien de continuité écologique et sédimentaire a conduit à la mise en place d'un classement des cours d'eau selon deux listes qui constituent le socle de la trame bleue, dont les objectifs sont :

    • Liste 1 : Préserver des cours d’eau ou tronçons de cours d’eau en évitant tout nouvel obstacle à la continuité écologique, et, en limitant au mieux les impacts sur la continuité écologique par des aménagements correctifs au fur et à mesure des renouvellements d’autorisations ou de concessions, ou à l’occasion d’opportunités particulières de travaux.
    • Liste 2 : Restaurer des cours d’eau pour lesquels il est nécessaire d’assurer le transport suffisant des sédiments et la circulation des poissons migrateurs

    Dans le cadre du plan national pour favoriser la continuité écologique et sédimentaire, l'Office National de l’Eau et des Milieux Aquatiques (ONEMA) recense progressivement les obstacles potentiels susceptibles d'avoir des effets sur ces continuités.

    Pour votre commune, l’état du recensement est le suivant :

    Obstacles identifiés sur les cours d'eau

    Sources : ONEMA/EauFrance 2014

    L’interruption des écoulements superficiels, appelée assecs, est susceptible d’engendrer également la rupture de la continuité écologique procurée par le cours d’eau.

     

    Les connexions avec les zones humides le long des cours d'eau,

    l'espace de mobilité fonctionnelle des cours d'eau

    A l'interface entre le cours d'eau et les milieux terrestres, figurent des zones abritant une biodiversité abondante et jouant un rôle dans la dynamique sédimentaire.

    Il s'agit des :

    • zones humides en connexion avec le cours d'eau au gré des variations de débits et de hauteurs d'eau : les Zones Humides d'Intérêt Ecologique Particuliers (ZHIEP) doivent faire l'objet d'un recensement et seront à prendre en compte dans la trame bleue,
    • espaces de mobilité fonctionnels des cours d'eau, correspondant à une zone de mobilité naturelle du lit mineur, et à une partie de la zone inondable.

    A ce jour, l'inventaire de ces deux types d'espaces n'est pas encore finalisé en Poitou-Charentes.

    Flore

    La botanique est un vaste domaine qu'il est difficile d'appréhender de façon synthétique sauf à être trop simplificateur. La diversité des sols et des climats de la région se traduit par une diversité très importante de la flore et rend l'exercice complexe.

    Aussi, cette partie a pour but d'une part la présentation de quelques particularités de la flore régionale,  qui peut ou non concerner votre commune.

    D'autre part, il est apparu important de porter à votre connaissance certains travaux menés par de nombreuses